Piloter… un poème
Piloter… un poème

Piloter… un poème

Piloter,
en somme, qu’est-ce ?

Prendre un aéronef? Un de ces plus lourd que l’air pour y poser ses fesses?
Pour des évolutions, des circonvolutions
Foutre la trouille aux vaches, épater les nations
………..NON MERCI

Faire tant qu’à prendre tout ces risques
Un jour vos héritiers se battent avec le fisc
………..NON MERCI

Arriver chez Saint-Pierre avec une telle avance
Que vous y êtes reçu sans aucune déférence
………..NON MERCI, NON MERCI

PILOTER c’est faire religion de conseils de prudence
Retourner à l’école et s’armer de patience
Apprendre à conjuguer manche et palonnier
De toutes les choses de l’Air connaître l’ A B C.

C’est ouvrir grand ses yeux et prendre des repères
Faire taire ses entrailles et calmer son sphincter
C’est se faire botter le train pour partir bille au centre
Et se le rebotter pour ne l’avoir point gardé.

C’est bien préparer ses vols et avoir du courage
Sans cesse sur le métier remettre son ouvrage
C’est de la négligence vouloir tout ignorer, car point trop travailler
Ne peut être devise de pilote chevronné
.

Et, quand enfin de plaisir saturé dans un dernier virage revenez vers la terre
N’embrassez point celle-ci comme votre belle-mère…
Mais lui donner baiser comme à la femme aimée
.

Voilà ce qu’il eût dit le Grand Bretteur d’antan
Si ce soir parmi vous il eût été présent
Si le Grand Syrano était votre invité
Il aurait j’en suis sûr encore même ajouté :

Si, par hasard Messieurs, là-haut vous vous trompez
Il y a toujours ici votre moniteur aimé
Pour vous le remettre – le point sur le i
Du verbe P I L O T E R

Poésie écrite dans les années 50
par un pilote Français en visite à Ecuvillens !!!